J9 : lundi 21 Oct. 2013

Ce matin, nous avons mis le réveil à sonner à 6h40 car nous devons nous rendre à Palmwag et les 150 km à parcourir nous sont annoncés en 5 ou 6 heures.
Si nous voulons prendre notre temps et ne pas arriver trop tard à destination, nous devons partir vers 8h00.
La nuit fut la plus fraiche de toutes et malheureusement, aucun bruit d'éléphant ou de craquement de bois ne nous a réveillé !

Quelques oiseaux autour de notre camp

J9-7d_009

J9-7d_010


Finalement, nous quittons le camp à 8h15 et décidons de remonter le lit de la rivière à promixité à la recherche des éléphants.
Nous avons tout d'abord envisagé de faire comme les guides (!) : "remonter le lit de la rivière à la rencontre des éléphants", mais au bout de quelques mètres nous réalisons que cela sera peine perdue. Le lit de la rivière est très très sablonneux et enlisant.
Nous prenons donc une autre option : suivre le coté de la rive, bien plus pratiquable !

Nous parcourons ainsi 23 kilomètres sans voir le moindre éléphant. En revanche, nous verrons des empruntes et des excréments qui justifient bien leur passage à cet endroit ...
Nous avons suivi plusieurs pistes amenant à des culs de sac au pied du massif.

6E0A2225
6E0A2240


Au final, durant notre passage ici, le site de Brandberg nous a semblé moins "majestueux" que celui de Splitkkoppe. Il aurait surement fallu y rester 1 journée de plus pour y faire une randonnée encadrée afin d'en découvrir des faces cachées...

Cette balade nous permet de longer une partie de la montagne Brandberg jusqu'à 10h15, heure à laquelle nous récupérons la piste principale que nous devons emprunter pour nous rendre à Palmwag.

Quelques lézards à proximité de notre piste.

J9-7d_015

 

J9-7d_021

J9-7d_024

J9-7d_026

Nous croiserons d'autres tribus Himbas le long de la route.

6E0A2250
6E0A2247


Vers 11h30, après avoir déjà parcouru 107 kilomètres, nous nous arrêtons au pied d'un petit écriteau anodin posé à même le sol et mentionnant "Rock painting".

J9-5d_054


Un petit sentier nous amène à un tas de roches granitiques dont nous pouvons faire le tour aisément.

J9-5d_052


Nous apercevons à 3 endroits differents des peintures rupestres réalisées par les Buschman.

6E0A2260

J9-5d_044


C'est incroyable d'y accéder si facilement et sans aucune protection particulière des lieux .
Les roches sont déjà très érodées : il ne restera plus grand chose de ces vestiges dans quelques temps ...

Nous repartons après ces 15 minutes d'arrêt et arrivons vers 13H00 dans le lit de la rivière Aba Huab.
Comme hier, c'est au bord des lits de rivières que nous rencontrons des arbres majestueux nous apportant l'ombre nécessaire pour pique-niquer dans d'agréables conditions.
Nous serons accompagnés de 2 perroquets gris, d'un magnifique perroquet gris et jaune, peu farouche et de 2 calaos.

 

J9-7d_053

 

J9-7d_081

 

A 14h00, nous repartons en direction du site "Organ Pipes" que nous souhaitions visiter et qui n'est pas situé très loin, près de Twyfelfontein.

J9-5d_070

Sur le site, nous trouvons 2 femmes, sous une tente : elles sont guides et proposent leur service pour visiter le site, moyennant un pourboire, l'entrée étant gratuite.

J9-5d_103

 

Organ Pipes ("tuyaux d'orgue") sont des roches en forme de longues colonnes de couleur rouille pouvant ressembler aux colonnes d'un orgue dans une église. Certains peuvent atteindre 5 m de haut. A leur origine, la séparation du supercontinent Gondwana en Afrique et en Amérique du sud il y a 125 millions d'années engendrant un certain nombre de curiosités géologiques en Damaraland . Les tuyaux de l'orgue au sud de Twyfelfontein sont les restes de la roche fondue, poussant vers le haut à travers la surface de la terre. La similitude de ces dalles de basalte vertical de tuyaux d'orgue est évidente. Les lignes droites et les formes géométriques sont intrigantes pour les photographes et géologues.

6E0A2308

J9-5d_091

J9-5d_086

J9-5d_079

J9-7d_083

Nous sommes un peu déçus car nous pensions faire une petite virée dans cet endroit et en fait il s'agit de quelques roches encaissées localement dont on fait le tour en moins de 20 min ...
Le site est surprenant, mais pas extraordinaire non plus.

À quelques pas de là on peut aussi visiter la montagne brûlée ("burnt moutain"), proclamée monument national en 1956. Les rayons du soleil lui donnent toute sa couleur au lever du jour. Le composé manganèse donne de riches couleurs rouges mélangés avec des nuances de noir et de pourpre. En journée, cet endroit est de couleur noire, comme s'il avait été couvert de cendres après un incendie. Nous ne l'avons pas visitée, l'horaire n'étant pas vraiment propice.


A 14h40, nous repartons vers notre camp de Palmwag

J9-5d_110

où nous arriverons à 16h30 après avoir franchi un poste de contrôle ("barrière sanitaire").
Les paysages que nous rencontrons tout au long du trajet sont magnifiques.

Les sols sont parfois rouges, parfois blancs, noirs, verts, jaunes.

 

J9-5d_121

 

J9-5d_124

 

J9-5d_128

 

J9-5d_129

 

J9-5d_130

 

J9-5d_131

J9-5d_135

 

J9-5d_136

J9-5d_141

Nous rencontrons également de nombreuses mini tornades.

J9-5d_114

J9-5d_134


La forme et la couleur des montagnes dans la région de Palmwag nous font penser à celles du Colorado. Nous n'avons pas croisé d'Oryx, ni de Springbocks : les animaux se font plus rares.

Le camp de Palmwag ressemble à un oasis en plein milieu du désert : on y trouve des palmiers, 2 petites piscines, de la verdure, et des lodges.

J9-5d_144

 

J9-5d_148

J9-5d_149

J9-5d_150

J9-5d_151


Juste à coté se trouvent les emplacements des camping qui sont assez "luxueux" : nous avons 2 lampes d'éclairage, une prise électrique, 2 points d'eau et même un évier en inox !

J9-5d_154

Nous avons également une table en pierre sous abri et un très grand emplacement isolé pour notre véhicule.
Les toilettes / douches ne sont pas loin et la piscine ainsi que le bar à quelques mètres : bref, le grand luxe !

Le passage des éléphants en bord du camp est à quelques mètres : leurs traces sont évidentes et un panneau nous prévient du danger.

J9-5d_152