J8 : dimanche 20 Oct. 2013

Dans le calme ambiant, nous nous sommes levés pour la premiere fois à 8h !
Petit dejeuner sur le lieu de notre camp en toute tranquilité, nous sommes partis de notre emplacement à 9h45 : c'est les vacances !
Il semblait possible d'atteindre le sommet en partant de l'emplacement du camp numéro 10 : nous y sommes allés pour voir ... Nous n'avions pas prévu dans notre planning de faire 7 heures de marche pour cela et la vue de ce coté ne nous a pas vraiment séduite.

Nous préférons donc suivre en 4x4 la piste qui contourne toute la montagne Spitzkoppe pour rencontrer quelques animaux et admirer le paysage sous tous les angles.
Nous avons ainsi vu un rapace :

IMG_6002.JPG

 

un magnifique lézard "Agame des colons" : lézard à tête rouge assez fréquent dans les rochers en Namibie

IMG_6078.JPG

Le contournement de la montagne à partir de l'emplacement numéro 10 s'est effectué sur 20 km et nous a ramené a l'entrée du camp par par où nous étions arrivés hier soir.

Certains points de vue sont très jolis :

J8-5d_005

 

J8-5d_006

IMG_6096.JPG

6E0A2068.JPG

 

6E0A2071.JPG
J8-5d_023


Trois kokerboom apparaissent en hauteur de la colline à l'entrée du parc : je décide de faire la petite ascension pour les approcher, soit 30 minutes aller/retour.

6E0A2093
6E0A2094

Le kokerboom tient son surnom d'arbre-carquois du fait que les chasseurs utilisaient ses branches légères pour en faire des carquois. Ce grand aloès croit très lentement sur les sols rocheux. Son tronc est fibreux afin de retenir l'eau et décourager les animaux.

Il y a aussi de nombreux cactus sur cette colline :

6E0A2095

A 12h30 nous quittons le site pour nous rendre vers notre destination de la journée : Brandberg White Lady Camp.
La piste D1930 vers Uis est bien indiquée sachant que le parcours complet est estimé a 150 Km environ.

6E0A2103

A mi-parcours nous nous arrêtons sur le lit de la rivière Omaruru complètement asséchée (comme toutes les rivières que nous croiserons finalement) : nous y trouvons de nombreux arbres pour pique-niquer tranquillement à l'ombre pendant une heure.

Nous croisons également quelques batisses en ruine, et en regardant de plus près, joliment décorées même si ce ne sont pas des peintures rupestres  :-)

6E0A2109

Nous repartons ensuite vers Uis où nous nous arrêtons pour refaire le plein de carburant et racheter une bonbonne de 5 l d'eau car l'une avait éclaté a l'arrière du véhicule pendant le trajet ce matin !
A la sortie du commerce, nous croisons 3 jeunes femmes Himba allant faire leur course !

6E0A2132


Nous décidons de leur demander l'autorisation pour une petite photo ensemble ...

6E0A2134

A la sortie de Uis, nous croisons par hasard leur campement qui s'est installé en périphérie de la ville.

6E0A2136
6E0A2135

 


 

Les Himbas font partie de la communauté Herero et se sont isolés lors des guerres contre les Nama, en migrant vers le Nord-Ouest de la Namibie, pour reprendre une vie de nomade et pratiquer l'élevage. Cet isolement et leur farouche résistance à la modernité a pu les protéger. Les femmes sont superbes parce qu'elles enduisent  leur corps et leur chevelure tressée de terre ocre (mélangé à du beurre et des cendres). Leur peau orangé est absolument magnifique. Elles s'habillent avec une jupette en peau de chèvre et portent aussi de nombreux bijoux en coquillages, cuir, sur leur poitrine nue.

Les Herero sont des peuples pasteur, une éthnie divisée en sous classe (Tjimba, Ndamuranda, Maharero, Zeraua, Mbandero... et les célèbres Himbas du Kaokoland). Leur origine se situe dans la Vallée du Grand Rift (Afrique orientale), ils se trouvaient jusqu'au début de la colonisation dans la vallée de Swakop, vivant de l'élevage de bétail. Les guerres contre les Namas, puis contre les allemands décimèrent quasiment complètement la population Herero, les survivants se dispersèrent dans tout le pays ou fuirent au Botswana. Les femmes portent toujours aujourd'hui une tenue héritée de l'époque victorienne et des missionnaires allemands. Elle consiste en une robe longue sous une panoplie de jupons et une coiffe avec deux cornes pointues. Il n'est absolument pas rare de rencontrer des femmes Herero dans Windhoek et le décalage entre leur tenue européenne du début du siècle et la modernité de la ville est saisissant.

 


 

Notre camp de Brandberg n'est maintenant plus très loin.

6E0A2137

Nous y arrivons à 17h15 : le lieu ressemble à un oasis magnifique avec 2 piscines et un jardin exotique en plein désert !

6E0A2158
6E0A2165

Nous en profitons pour nous y raffraichir, boire un verre, goûter à la piscine et rejoindre notre emplacement au camping qui n'est pas très loin.
Les emplacements sont nombreux et très espacés : aucun problème pour trouver un endroit sympa et au calme.

6E0A2184


Le temps a été très ensoleillé toute la journée mais, peut-être avec l'altitude dans cette région, nous n'avons jamais eu trop chaud : il fait donc beau, ensoleillé, avec une chaleur supportable.

Le soir, le vent se lève légèrement et nous enfilons pull et pantalon pendant que les braises nous réchauffent en observant le coucher du soleil.
A 19h30 il fait nuit noire.


Ce fut encore une splendide journée, marquée surtout par la promenade autour de Spitzkoppe.
Les 150 Km réalisés pendant cette étape nous ont permis de profiter pleinement de la région, avec de nombreuses pauses, sans trop de fatigue : à conseiller donc !

Demain la journée risque d'être plus longue pour aller à Palmwag : il faudra se lever tôt.


Informations générales sur le massif du Brandberg

Le massif du Brandberg est un massif montagneux granitique d'origine volcanique (140 millions d'années ) abritant le point culminant de la Namibie : le Königstein (nom allemand signifiant « pierre du roi ») à 2 573 mètres d'altitude. Ce massif est connu pour ses très nombreux sites de peintures rupestres : la plus connu est la Dame blanche ou White Lady que l'on estime à 16 000 ans.

Nous n'étions pas intéressés pour faire la visite touristique de White Lady, faute de temps. De nombreuses randonnées pédestres "avec guide" sont organisées sur une période d'1h30 à 4 jours et doivent être très intéressantes.

Le masif se situe au cœur du Damaraland, dans le nord-ouest du désert du Namib, sur une surface de 650 km2 et est visible de très loin entre les plaines qui l'entourent. 

Le nom Brandberg signifie « montagne de feu ». Cette appellation vient de la couleur rouge qu'il arbore au coucher et au lever du soleil. Le massif est une intrusion granitique formant un plateau en forme de dôme. Sa structure géologique est typique du Damaraland, espace couvert de montagnes érodées, de collines et de koppies (petites collines), formées de granite. Ces empilements de granite sont d'anciennes chambres de magma apparues il y a plusieurs centaines de millions d'années, époque où le sud de l'Afrique connaissait une activité volcanique souterraine intense. Ces dépôts granitiques de magma refroidi ont peu à peu été révélés par l'érosion. Un des minéraux de base de ce granite est le feldspath. Ce cristal ayant une couleur légèrement rosée, le Damaraland est devenu célèbre pour la couleur rouge de ses roches, particulièrement pendant les coucher et lever de soleil. Cette particularité lui vaut même d'être parfois considérée comme la plus belle région de Namibie, avec également ses plaines à perte de vue.

Parmi les nombreux insectes présents dans la région figurent les nombreuses espèces de scorpions, dont un certain nombre endémiques au Brandberg, telles Brandbergia haringtoni...