J5 : jeudi 17 Oct. 2013

Nous arriverons ce soir à Swakopmund

Swakopmund compte aux alentours de 35 000 habitants.
C'est sans doute la ville de Namibie où on parle le plus allemand (importante communauté germanique) et Afrikaans.
Principale ville touristique de Namibie ( à l'exeption de Windhoek ), Swakopmund est la cité balnéaire de Namibie : n'imaginez-pas vous y baigner pour autant ...
Swakopmund avait été fondée en 1892, quand le capitaine Allemand Curt von François avait fait ériger les premières infrastructures. Elle était destinée à devenir le port principal de la colonie puisque le port en eaux profonde de Walvis Bay, à trente kilomètres au sud, était une possession britannique.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle devient une destination prisée des Sud-Africains. Les équipements de la ville sont développés (piscine olympique, hôtellerie, chambres d'hôte, magasins...). La découverte d'uranium à 70 km de la ville et l'exploitation de la mine contribuent au développement économique de la ville et de ses infrasctructures. C'est une des villes les plus modernes de Namibie.

Après l'indépendance en 1990, la ville confirme sa vocation touristique internationale et devient une des destinations favorites des Allemands en Afrique.


On s'est couché hier soir à Rostock Ritz à 21h30 : il faisait encore assez doux.
Le vent n'a cessé d'augmenter toute la nuit, cela faisait claquer les toiles des tentes, assez bruyantes.
Puis il a fini par chuter, il faisait bon, c'était très agréable.

Les premières lueurs m'ont réveillé vers 6h30 ce matin : après 9h de sommeil j'étais bien reposé (!) et je décidais de gravir les quelques mètres au dessus du camp pour photographier le lever du soleil.
Tout le monde est encore endormi, tellement l'endroit est calme et retiré.

J5-5d-sunset_019
J5-5d-sunset_023
J5-5d-sunset_016

Ma femme se réveille vers 7h et observe à la jumelle dans la plaine au loin un troupeau de 8 zèbres, 4 autruches et un troupeau de Springbocks.
Les 2 voisins se réveillent à leur tour et tout le monde prépare le petit dejeuner vers 7h40, il fait toujours très doux, c'est forcément très calme ici, au milieu de rien ... On est tellement bien, on n'est vraiment pas pressé, on essaie de retenir le temps ... quel pied ces vacances ici.


Les 2 tentes voisines nous quittent, nous sommes désormais seuls au camp : nous allons à la douche avant de partir à notre tour.
Nous observons alors un chacal approcher à quelques mètres du bloc sanitaire : il a dû entendre les touristes partir et vient voir s'il n'y a pas quelques restes ... Nous avons le temps de retourner des douches à la tente, prendre l'appareil photo et revenir pour l'immortaliser, il est 9h15.

J5-7d_001


A noter que le bloc sanitaire de ce camp est parfait : 4 wc et 4 douches sont installés en parfait état et très propres.
L'eau chaude a beaucoup de débit grace à la reserve située un peu plus haut, au sommet de la colline.

Nous quittons à notre tour Rostock Camp, direction Rock Arche, via Tinkas par la C14 : une large piste.
Rapidement, nous arrivons à l'indication du Tropique du Capricorne où un bus de touristes est déjà arrêté, il est 9h50.

Nous nous arrêtons à notre tour car c'est forcément LA photo à avoir dans son album ...

(cela nous rappelle la photo prise il y a 2 ans lors du passage de la zone de l'équateur au Kenya).

 

J5-5d_005


Nous traversons le Kuiseb Canyon, qui marque par son empreinte la plaine monotone, vers 10h30.

J5-5d_017
J5-5d_015


A 10h45, il faut quitter la C14 pour prendre le D1998 qui nous conduira vers Rock Arche, la piste reste bien pratiquable.

J5-5d_020
J5-5d_025


Un panneau "attention aux Oryx" nous alerte ...

J5-5d_023


A 11h20, nous prenons l'indication vers "Gemsbokwater" sans trop savoir où cela nous menera.

J5-5d_026


Il s'agit en fait d'un puit qui alimente un réservoir au milieu d'une plaine désertique, sans grand intéret.

J5-5d_031


Nous y voyons les premiers phacochères, ainsi que des écureils et oryx, il est 11h50.

J5-7d_011
J5-7d_014
J5-7d_018


Nous reprenons la piste vers Tinkas rappelant qu'elle n'est accessible qu'avec un 4x4 et un permis, cela tombe bien, nous l'avions acheté à Sesriem Camp !

J5-5d_034

 

J5-5d_036

 

J5-5d_033
J5-7d_010
J5-7d_022


Nous arrivons au site aménagé "Tinkas Camp" à 12h40.

J5-5d_048
J5-5d_045


Nous y faisons le tour puis poursuivons vers "Tinkas Man", toutes ces directions sont bien indiquées.
En revanche, la piste devient étroite, parfois sablonneuse et très chaotique : nous comprenons la nécessité d'être ici en 4x4 !
Nous faisons une balade et prenons beaucoup de photos à Tinkas de 13h a 14h. Il fait très chaud, un barrage fait obstacle à une rivière sans eau ... tout est très sec.

J5-5d_083
J5-5d_080

 

Les rochers friables sont rouges et magnifiques avec des formes souvent sculptées.

 

J5-5d_076
J5-5d_093
J5-5d_089
J5-5d_060
J5-5d_066
J5-5d_096
J5-7d_006
J5-7d_030
J5-7d_042


A 14h,nous poursuivons la petite piste accidentée vers Rock Arche.

Rapidement, nous arrivons à un premier rocher comportant 2 alcoves aménagées à coté d'un site pour pique-niquer : des touristes s'y trouvent déjà installés ... dommage
Le site de Rock Arche est en fait plus loin sur 6 km de pistes difficiles.

J5-5d_105

 

J5-5d_109
J5-5d_113

Nous y arrivons à 14h30 : endroit parfait, ombragé et isolé pour pique-niquer rapidement afin de ne pas arriver trop tard à Swakopmund.

J5-5d_098
J5-5d_120
J5-5d_124
J5-5d_127


Une dernière aire de pique-nique se situe un peu plus loin : la piste s'y arrête alors en cul de sac, pas d'autres solutions pour rejoindre Swakopmund que de faire demi-tour et repasser par Tinkas.

Nous repassons devant la première Arche

J5-5d_138

Nous retrouvons la piste principale goudronnée C28 vers 16h15 : quand arriverons nous à Swakopmund ???
Nous roulons à vive allure afin d'arriver avant la nuit.
Une direction sur la droite indique le site de Blockhoppie où nous avions penser nous arrêter.
Finalement, au vu de l'horaire avancé, nous décidons de ne prendre aucun risque et continuons notre chemin.
La zone devient alors étrange, lunaire, désertique sans aucune végétation : elle annonce l'arrivée vers la cote très désertique manifestement.

J5-5d_140
J5-5d_143
J5-5d_144

Un arbre à carquois isolé au milieu du désert :

J5-7d_050

 

A 20 km de l'arrivée environ, nous apercevons facilement sur la droite de nombreuses plantes Welwitschia mirabilis, il est 17h. Cette plante très particulière des déserts côtiers de Namibie et d'Angola a été nommée en l'honneur du Dr Friedrich Welwitsch qui l'a découverte en 1860. Elle pousse à partir d'un tronc court et épais qui comporte uniquement deux feuilles qui croissent continuellement à partir de leur base et une longue et épaisse racine.

J5-7d_056

Les feuilles peuvent atteindre une longueur de 2 à 4 mètres et sont généralement divisées en bandes longitudinales, ce qui peut parfois masquer le fait qu'il n'y a que deux feuilles à l'origine.

J5-5d_145

Elle n'est pas très belle, sa longévité est considérable : certains spécimens observés ont entre 1000 et 2000 ans.

J5-7d_051
J5-5d_148

Nous avons eu bien fait de nous arrêter car ce seront les seuls spécimens que nous rencontrerons en Namibie sur notre parcours.

Nous arrivons enfin à l'entrée de la ville, il est 17h30, ouf ...

J5-5d_153


Le plan fourni permet de rejoindre facilement notre hébergement, Rapmund Hotel, situé à coté du phare de la ville.
L'hébergement est très propre et joliment aménagé : accueil agréable.
Nous mangerons au restaurant italien situé au pied du phare à quelques mètres de notre hôtel

Conclusion de cette journée : ne pas hésiter à faire un détour vers Tinkas et Rock Arche, mais avoir le véhicule adapté (4x4) et bien gérer son temps