J2 : lundi 14 Oct. 2013


La nuit a été très reposante après celle passée dans l'avion, extrêmement calme et matelas formidable !
Levés à 7h du matin, il fait plutot froid dehors ...
Quelques springbocks se sont approchés pour brouter : premières photos au saut du lit...

J1-5d-Bagat_0039
J1-5d-Bagat_0040


A 8h nous étions devant un bon petit dejeuner, lorsque nous apercevons un guépard qui s'est approché de la cloture du jardin à l'arrière de la salle à manger.
Nous pensions qu'il était dans un enclos, mais après renseignement, c'est un guépard sauvage qui a l'habitude de s'approcher en début de matinée et fin de journée parfois !
Nous regrettons de ne pas l'avoir pris en photo à cette occasion... car c'est le seul que nous verrons en Namibie ...


Quelques photos du lodge ...

J1-5d-Bagat_0031

Accueil :

J1-5d-Bagat_0026

J1-5d-Bagat_0024

 

J1-5d-Bagat_0013

 

J1-5d-Bagat_0015

 


 
Nous quittons le lodge vers 9h30 pour reprendre notre itinéraire direction Mariental : nous nous arrêterons sur la route à Rehoboth, à 90 km au sud de Windhoek, afin de faire nos premières courses.
Nous faisons au Spar local notre ravitaillement pour 2 jours : charbon de bois, petit déjeuner, eau, viande, ...
On repart ensuite direction Mariental par la B1 puis Maltahöhe par la C19 puis Sesriem par la C14 : nous pensons arriver vers 15h30 si tout va bien ...

Les routes sont souvent très très longues ... et bien droites !

J2-5d_0011

A 13h, nous quittons le bitume de la route C14 ... pour reprendre la piste : la rupture est nette et brutale ...

J2-5d_0018

Un premier motard nous double ... bien équipé.

6E0A0260

La piste ressemble ensuite à cela :

6E0A0273

Malgré les nombreuses indications, nous perdons la destination de Sesriem ... et nous faisons un petit crochet de 30 Km environ ...

Nous croisons à 14h d'autres motards bien courageux sous cette chaleur : les trails BMW (R12R GS) roulent en maître sur ce genre de terrain ...

J2-5d_0036
J2-5d_0039

 

A 14h30, nous décidons de nous arrêter pique-niquer le long de la piste, à l'ombre d'un arbre que nous avons réussi à trouver avec beaucoup de difficultés ... : nous ne croiserons personne à cet endroit.

J2-5d_0048


A 15h30 nous récuperons la piste C19 direction Solitaire que nous n'aurions jamais dû quitter.

J2-5d_0049


A 16h, nous traversons des paysages très changeants et magnifiques.

L'arrivée est bientot là : encore 12Km alors qu'il est déjà 17h15 !

J2-5d_0065

 

J2-5d_0068


Nous entrons enfin dans le camp de Sesriem, il est 17h30 et le trajet de cette journée nous a semblé bien long ...

J2-5d_0072

Sesriem est un camp regroupant un camping, des lodges et une station essence. D'autres hébergements privés existent dans les alentours, mais à l'extérieur du camping. Une taxe est à payer pour pouvoir rentrer dans le Parc National du Namib (3,50 euros par personne pour la journée).
Nous allons repérer notre emplacement au camp (numéro 18) : loin des toilettes, en bordure de la plaine, c'est parfait !

J2-5d_0075


Nous décidons de repartir en prenant la direction de Sosussvlei pour tenter d'observer le coucher de soleil en haut d'une dune, sans point précis si ce n'est peut-être la dune Elim. Elle serait a priori "à quelques km du camp sur une route à droite".
Nous voyons bien une route à droite, mais à 500 m du camp seulement : pour nous c'est sûrement plus loin ... !

(en fait non ... c'était bien là ... elle est située juste à proximité du camp et c'est d'ailleurs la seule solution pour observer un coucher de soleil en haut d'une dune afin de rentrer avant la nuit)

Nous continuons sans trouver d'autres routes possibles sur la droite : aurions-nous loupé finalement la direction vers la dune Elim ? (et bien oui ...)

J2-5d_0077


Un peu plus loin sur la route, nous croisons notre première autruche dans le désert.

J2-7d_006

Nous nous arrêtons à la seule aire de parking trouvée au bout de 20 km environ : une voiture y était déja stationnée. Pas d'autres choix vu l'heure.

(nous le découvrirons après notre retour en France, il s'agit de la Dune1, pas forcément très connue ...)

Sesriem to Sossus
J2-5d_0084


Il est 18h déjà ...un peu tard déjà, et tentons l'ascension de la Dune1, dégagée et à proximité du petit parking ...

6E0A0359


Immédiatement, nous croisons un oryx caché dans les dunes : premières photos, il s'enfuie rapidement.

J2-7d_008


Très vite, nous nous rendons compte qu'il ne sera pas possible d'arriver au sommet : le sable est bien trop mou !!!
C'est notre première expérience dans le désert de Namib : pour chaque pas en avant, nos pieds s'enfoncent et on recule dans la pente : c'est épuisant ...
Le sable pénètre très vite dans nos chaussures de rando, cela rajoute une difficulté supplémentaire.
Bref, impossible d'atteindre le sommet : nous nous arrêtons donc à mi-parcours pour observer cette nature, c'est fabuleux, grandiose !

6E0A0374


Il est 18h45 : le coucher de soleil avec les buissons dans la dune rouge nous laisse sans voix.

6E0A0383

 

6E0A0391


Nous retournons ensuite à la voiture quand j'apercois un serpent du désert, jaune, de 20 cm environ se faufiler dans un buisson juste entre les pieds de ma femme devant moi : on voit clairement les traces laissées dans le sable.
Grosse frayeur : on s'asseyait plus haut à coté de buissons identiques pour se caler dans la dune et prendre des photos !


 

Nous avons cherché sur internet à notre retour et il est fort probable qu'il s'agissait en fait d'une vipère, appelée communément "vipère du désert de Namibie", ou vipère de Péringuey.

Ces vipères se cachent dans le sable et dans l'herbe, c'est d'ailleurs là qu'elle s'est réfugiée. Elles peuvent vous attaquer sans prévenir, surtout si vous marchez dessus. Heureusement que nous avions nos chaussures de rando, pour éviter ce genre de mésaventure justement. Elle ressemblait exactement à cela :

 

bitis_peringuei

De jour, elle s'enfonce dans le sable et ne laisse apparaître que ses narines disposées très hautes. Elle se déplace par mouvements latéraux. Chaque matin, elle recueille la rosée sur ses écailles et ne sort chassée qu’au crépuscule et la nuit. Il lui faut moins d’une minute pour s’ensabler en ne laissant dépasser que ses yeux qui sont situés très haut sur le sommet de sa tête courte : strictement impossible à repérer !

vipere-peringuey-7

 

Sa technique de chasse préférée est l’embuscade. Elle reste patiemment enfouie et quand une proie passe à sa portée, elle jaillit tel un diable pour mordre vigoureusement la proie. Son venin, très toxique, tue la victime en quelques minutes. Potentiellement dangereuse pour l’homme, et bien qu’elle soit très venimeuse, elle fait peu de victimes humaines car elle ne quitte jamais les zones désertiques. Sa morsure nécessite l’injection d’un sérum antivenimeux : comment fait-on lors d'une promenade, isolé et en plein mileu du désert ???

Nous confirmons qu'un touriste qui se promène dans les dunes pour photographier un coucher de soleil peut en croiser une. Et s'il se couche à proximité d'une herbe, pour pourpeauffiner son cadrage, alors le risque est bien réel : nous en savons quelque chose !!


 

 

Bref, nous reprenons notre chemin: quelques fourmis sur notre passage

J2-5d_0102

 

Etrange cette forme géométrique sur le sable: un brin tournant au gré du vent dessinant un arc de cercle parfait.

J2-5d_0107

 

J2-7d_012

 

Nous sommes de retour au camp à la tombée de la nuit, vers 19h25, nous déployons notre tente de toit plus ou moins rapidement car c'est la première fois en "situation" et à la lampe frontale !!!
Pas aussi facile que dans le parking du loueur à Windhoek il y a 2 jours ... Il y a une petite période de rodage à avoir ...
Nous filons à la douche avant de faire notre premier barbecue : pas facile non plus pour avoir les bonnes braises rapidement, il est déja un peu tard.
Vers 23h au lit après une journée bien chargée ...